La douleur, comment la mesurer et la traiter ?

Le 30/08/18 à 12:43

La douleur : Comment la définir, la mesurer et la traiter ?douleur

 

La douleur est davantage présente dans notre quotidien. Alors, comment vivre au mieux avec elle ?

Tout d’abord, il s’agit de savoir ce qu’est la douleur et comment elle se manifeste.

Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans ces termes".

Il existe plusieurs types de douleurs :

  • La douleur aigüe qui est intense et brève (brulure, coupure)
  • La douleur chronique (migraine, douleur rhumatologique, neuropathique) qui s’installe et peut durer plusieurs mois
  • La douleur psychique autrement appelée souffrance que correspond à un mal-être

A quoi sert la douleur ?

La douleur aigüe est un garde-fou. Elle est la manifestation d’un symptôme qui traduit un dysfonctionnement dans le corps, que son origine soit physique, psychique ou les deux. Sans douleur, nous pourrions être exposé à des dangers sans le savoir. Mais quand la douleur est chronique, ce mécanisme d’alarme n’est plus justifié : la douleur devient dans ce cas une maladie à part entière.

Peut-on mesurer la douleur ?

La douleur, ou plutôt la perception de la douleur varie d’un individu à un autre. Puisque la douleur est un signal envoyé par le cerveau, celui-ci s’exprime en fonction de l’être que nous sommes, de notre histoire, de nos gênes. Et comme les sensations et les perceptions de notre corps ne sont jamais les mêmes, la perception de la douleur varie elle aussi d’une personne à une autre, d’un moment à un autre, et d’un environnement à un autre. Qui n’a pas déjà fait le constat de sentir sa douleur diminuer s’il est occupé à une autre activité qui le défocalise du siège de la douleur ? Si l’attention est sollicitée, la douleur ressentie sera moindre.

Aussi, est-il important pour les professionnels de savoir comment le patient évalue sa douleur, car lui seul peut l’exprimer. Souvent, le patient sera invité à situer l’intensité de sa douleur sur une échelle de 0 à 10 à travers des outils d’évaluation et des questionnaires sur la vie et l’état de stress et d’anxiété de la personne.

Quels traitements sont efficaces ?

Il existe autant de traitements que de douleurs. Cependant, la prise d’antalgiques comme le paracétamol n’est qu’une partie de la prise en charge de la douleur et peut se révéler nocive à fortes doses. Selon le diagnostic établi, le médecin pourra prescrire des antidépresseurs, des antiépileptiques ou des anti-inflammatoires.

Par ailleurs, il est important de compléter les traitements médicamenteux par d’autres méthodes plus naturelles telles que la sophrologie, la relaxation, l’acupuncture, l’ostéopathie. Ces méthodes peuvent aussi être complémentaires entre elles.

Lorsque la douleur atteint le bien-être et a de fortes conséquences sur la qualité de vie de l’individu, avoir recours à ces méthodes peut parfois aider à sortir de l’impasse.

Retour aux news